[FRANCHE-COMTÉ] VESOUL: Génération Identitaire déjà soluble dans le RN.

Mercredi 3 mars, le conseil des ministres officialise la dissolution du mouvement d’extrême-droite Génération Identitaire.

Une mesure qui ne devrait pas concerner la section Génération Identitaire Franc-Comtoise puisque celle-ci s’est déjà dissoute dans la section haut-saônoise du Rassemblement National.

Petite introduction historique:

Depuis les tous débuts du mouvement identitaire, en Franche-Comté, les différents groupes qui se sont succédés n’ont pas eu le temps de prendre racine.

Tout d’abord, il y eut le Front-Comtois. A ses débuts en 2009 (il se nommait alors Jeunesse Identitaires Séquanie), il s’inscrivait dans la mouvance identitaire issue de la dissolution d’Unité Radicale. Mais il se dissocie très rapidement de la mouvance identitaire nationale ( le Bloc Identitaire) pour créer un mouvement qui va se rapprocher de la mouvance néo-nazie de façon tout à fait décomplexée. Il participera activement, entre-autre, à la tentative d’organisation d’un concert de rock nazi (il s’agissait de soutenir Marc bettoni le futur fondateur du Blood and Honour C18, qui était alors en prison pour tentative de meutre, voir article du Scalp Besak : à propos d’un concert nazi le 19 mars); ainsi qu’aux défilés du C9M organisés par Serge Ayoub (dit Batskin) qui dirige le pseudo syndicat solidariste 3ème Voie et la milice d’extrême droite Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires, les JNR. D’ailleurs Laura Jacquot-Strich, compagne de Gaétan Perret responsable du Front-Comtois, était également la responsable de la section locale de 3ème Voie. Fin 2011 son président Gaétan Perret passait devant les tribunaux et écopait d’une « forte » amende pour incitation à la haine raciale. En 2012, le Front-Comtois disparait.

« Purgés » au début du Front-Comtois, certains individus tel que Vincent Larcelet ayant plus d’affinité avec le Bloc Identitaire qu’avec les néo-nazis (la différence est subtile), décident de monter en 2013 une section identitaire, mais surtout un local identitaire dans un village en périphérie de Besançon. C’est l’épisode de la Caborne (La Horde : enquête sur la Caborne…). Une fois révélée au grand public (et surtout à la mairie qui leur loue le local) celle-ci disparaît, et aucun militant identitaire ne recrée une structure.

Durant cette période , Front comtois et Caborne, les relations avec le Front National sont tendues. Marine Lepen et sa représentante locale Sophie Montel tentent de mettre en place la dédiabolisation du parti, et purgent tous les éléments trop « sulfureux » et évitent les connexions avec les structures néo-fascistes. Et si les relations entre le FN et le mouvement identitaire et autres groupuscules fachos sont extrêmement froides, cela n’empêche pas certains militants du Front Comtois et Identitaires d’avoir des contacts personnels toujours cordiaux avec des cadres et des militants du Front National.

Mais suite au départ de Sophie Montel (elle est allée rejoindre les Patriotes de Philippot en 2017), la tendance marion-maréchaliste qui existait déjà fortement dans les sections Jurassienne et Haut-Saonoise a put reprendre l’avantage localement et les rapprochements jugés « interdits » sous l’ère Montel ne le sont plus.

Localement, une personne devient le paradigme de ce rapprochement décomplexé entre Rassemblement National et Génération Identitaire…

2019-2020 Brice Malagoli et Génération Identitaire Besançon

Après la disparition de la caborne en 2013, les Identitaires (en tant que groupe constitué) seront quasiment absents du paysage comtois et ce malgré quelques collages sporadiques faits par des sympathisants et des « caravanes » de recrutements qui se sont avérées infructueuses. Mais fin 2019, une section de Génération Identitaire est créée en Haute-Saône.

Nous allons donc évoquer le cas de Brice Malagoli, le pendulaire du RN70.

Qu’est-ce qu’un pendulaire?

Un pendulaire est un train conçu pour s’incliner dans les courbes. C’est aussi un terme fréquemment utilisé en Suisse et par les travailleurs frontaliers pour désigner une personne qui utilise un moyen de transport pour faire les aller et retours entre son domicile et son lieu de travail. Et avec le temps, l’expression finit par désigner une personne n’ayant pas « le cul entre deux chaises » qui passe sans complexe d’une chaise à une autre, etc. comme une pendule : d’un coté, de l’autre, d’un coté de l’autre… tic-tac.

C’est le cas de Brice qui chemine du RN 70 au GI et de GI au RN, sans trop se poser de questions existentielles…

Brice, 22 ans, est fils d’exploitant-e-s agricoles domicilié-e-s à Vaivre-et-Montoille en bordure ouest de Vesoul (préfecture de la Haute-Saône). Il a suivit des études au lycée professionel Les Huisselets à Montbéliard où il obtiendra en 2017 un baccalauréat professionnel « métiers de la sécurité ». Dîplome en poche, il retourne vivre chez ses parents.

Il est facilement identifiable grace à un tatouage dit réaliste mais dont le resultat esthétique nous laisse sceptique (le mélange mi-tête humaine mi-tête de tigre est vraiment beauf) réalisé par Fata Morgana tattoueuse Belge à Belfort chez The Belfort Tattoo Family en 2019.

1/ Militant au Rassemblement National.

Sa tête apparaît fin avril 2019 sur la page Facebook du Rassemblement National de Haute-Saône lors de la campagne pour les européennes.

Il tracte et colle, le b-a-ba un peu chiant du jeune militant.

Repas du 1er mai à Metz

Face à la désertion militante lors de ce qui avait été lors du règne de son père le traditionnel « 1er mai » place des Pyramides, aux pieds de la statue de Jeanne d’Arc, Marine Lepen trouve une solution de repli en organisant « un banquet patriotique et populaire » en province. En 2018, Nice ouvrit le bal, en 2019 ce fut le tour de Metz. En proche voisin, une délégation du RN70 menée par Maurice Monnier fut présente.

On y retrouve logiquement Brice Malagoli attablé avec les militant-e-s Haut-Saônois-e-s.

Et posant fièrement auprès de Marine Lepen…

… ainsi que de Jordan Barbella le candidat RN lors des européennes.

.Après la campagne des européennes et malgré le score impressionnant du RN lors des ses élections (32,79% en Haute-Saône), le RN Haute-Saône devient moins actif, laissant l’occupation du terrain médiatique à Julien Odoul et au groupe RN du Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté.

Mais le tractage et les banquets patriotiques ne doivent pas être assez enthousiasmant pour un jeune militant. Tout cela manque d’action… surtout quand le RN n’est pas en période électorale.

2/ Création de la section franc-comtoise des Identitaires.

Brice a rejoint « Génération Identitaire » en novembre 2019 après avoir eu un premier contact avec l’un des membres à Dijon, un mois plus tôt. Depuis janvier (2020), il a été promu responsable de la fédération de Franche-Comté, constituée d’une dizaine de personnes dont quatre en Haute-Saône. (source La Presse de Vesoul n°2029)

En décembre 2019, Brice réapparaît sur les réseaux sociaux, et notamment Twitter sous le nom de @bricelefevre5 (brice_lefevre_identitaire). Il est heureusement reconnaissable grâce à son tatouage.

L’emprunt du patronyme Lefevre est certainement une référence à Damien Rieu (de son vrai nom Damien Lefèvre) qui a été une des principales têtes du mouvement Génération Identitaire avant de rejoindre le Rassemblement National et devenir en 2019 l’assistant parlementaire du député européen Philippe Olivier.

La section comtoise se met en place fin 2019. Les premiers collages ont eut lieu sur Vesoul début décembre. Mais quelques collages ont été faits sur Besançon. La copine de Brice, Élise S. y participe également.

Brice se vante également d’avoir organisé des tournées de solidarités auprès « des sans abris français ou assimilés (??) à Besançon et Vesoul » (source La Presse de Vesoul n°2029), mais bizarrement aucune photo n’a été publiée sur le Twitter de Brice… du pur pipeautage.

3/ Campagne pour les municipales de Vesoul.

Rien, quedalle…

Suite à un pathétique imbroglio, le RN ne présente aucune liste à Vesoul, alors que les résultats obtenus lors des européennes pouvaient les assurer de plusieurs sièges au conseil municipal. Le RN a en effet investi en tête de liste une candidate, Léonie Cugnot, qui a démissionné du parti depuis plusieurs mois. Face à ce « couac », le RN et ses responsables régionaux se montrent incapables de désigner un ou une remplaçant-e et de déposer une liste à temps.

voir l’article de France3  » Élections municipales : A Vesoul, le Rassemblement National allait présenter une candidate qui a démissionné du parti« .

On ne sait donc pas si à ce moment, Brice Malagoli fait toujours parti du RN ou s’il en a démissionné puisqu’il ne tractera pas pour le candidat RN.

4/ « White Lives Matter »

Le 13 juin 2020, Brice, ses copains et copines de Génération Identitaire grimpent sur les toits parisiens pour affirmer la primauté de la race blanche et leur dévouement à l’ordre policier, lors de la manif contre les violences policières (La Horde : Manif contre les violences policières à Paris, la provoc des identitaires tourne court).


Délogé-e-s de leur piedestral, et leur banderole dégueulassement raciste arrachée et détachée, nos combattant-e-s de la « race » blanche sont gaiement ammenées en GAV par leurs copains policiers.

Selfie et ambiance bon-enfant dans le panier à salade… si seulement cela pouvait être toujours ainsi.

5/ Pot de départ de Maurice Monnier

Après de nombreuses années à la tête du FN70 puis RN70, Maurice Monnier laisse sa place. Le 1er aout un pot de départ est organisé, on y retrouve Brice.


Dans les « likes » laissés sur la page facebook du RN70, on remarquera les noms de Paul Arnaud Croissant, ancien militant très actif du Front-Comtois et de Pierre Pheulpin militant au PDF et proche de Christophe Devillers… Bref du beau monde qui malgré la dédiabolisation du FN est resté en contact avec les groupes FN locaux.

6/ Camp d’été des Identitaires

Retour du coté identitaire. Du 13 au 14 août 2020, il participe au camp d’été de génération identitaire.

Au programme : activités physiques telles que la descente en rappel (ça peut servir pour monter et descendre d’un toit), et de la boxe (parce que le militant « blanc »se doit d’être viril, et savoir se battre), Mais aussi des conférences lors desquelles on retrouve des personnages comme Jean-Yves Le Gallou qui s’exprime régulièrement dans Valeurs Actuelles et qui a participer au GRECE; Dries Van Langenhove, fondateur de Schild & Vrienden (mouvement de jeunesse nationaliste) et élu Vlaams Belang en Belgique; ainsi que François Bousquet, proche collaborateur de Patrick Buisson et d’Alain de Benoist, rédacteur en chef d’Éléments et cofondateur de La Nouvelle Librairie.

Brice Malagoli au premier rang

7/ Pot de rentrée RN70

Après le départ de Maurice Monnier, celui ci est remplacé de façon peu démocratique (la base locale n’a pas eu son mot à dire) par Antoine Villedieu (policier, ancien membre du RN, qu’il quitte en 2019 pour soutenir le candidat LR lors de municipales, puis retour en été 2020 au RN pour en prendre la direction).

Et comme par hasard, on y retrouve Brice entouré de l’état-major du RN régional. Mais que lui vaut un tel honneur? sa participation à l’action « White Lives Matter » du 13 juin à Paris???

1- Jacques Ricciardetti RN25;  2- Antoine Villedieu RN70; 3- Julien Odoul RN89; 4- julien guibert RN58

 

La presse locale ayant fait mention de la présence de Brice lors de l’action de Génértion Identitaire à Paris le 13 juin, il ne fait aucun doute que le RN en ait été également au courant.

Petit rappel pour la direction du RN : Extrait des Statuts du Rassemblement National, adoptés par l’Assemblée Générale Extraordinaire du 10 mars 2018 et modifiés par l’Assemblée Générale Extraordinaire du 1er juin 2018:

TITRE II : MEMBRES ; ARTICLE 7 − Qualité de membre

[…] Il est rappelé que l’adhésion au Rassemblement National, n’est pas compatible avec l’appartenance à un autre parti ou groupement politique, de droit ou de fait, sauf en cas d’autorisation expresse donnée par le Bureau national sur sa propre saisine ou à la demande du membre en mesure de justifier son adhésion.

Alors? Brice a t’il eu la permission du RN pour jouer les pendulaire?

En tout cas le RN se montre très complaisant avec les militants identitaires. Mais est-ce vraiment une surprise?

8/ Retour définitif au RN70

Depuis l’automne 2020, Brice a fait son retour actif au RN. Il a repris sa place habituelle, il tracte et il colle. Et depuis l’activité identitaire est au point mort.

Si le blog de Génération identitaire, indique toujours la présence d’une section à Besançon, cette dernière ne possède toujours pas de page Telegram (depuis que facebook a banni Génération identitaire, les GI se sont repliés sur le réseau Telegram). Il aparait évident que Brice a été le moteur du groupe Comtois de Génération Identitaire et que son dernier retour au RN ai provoqué la chute de la section locale.

Brice Malagoli à côté de Jean Messiha défenseur de la mouvance identitaire, lors de sa venue à Vesoul le 20 octobre 2020 alors qu’il était encore au RN

Conclusion rapide

Bref, tout ça nous prouve encore une fois que la frontière entre les Identitaires et le Rassemblement nationale est extrêmement poreuse; et pour le cas haut-saônois, elle est inexistante.

 

[MIDI-PYRÉNÉES] Les identitaires toulousains ou la tentation du hooliganisme

Le samedi 9 février 2019, durant la manif hebdomadaire des gilets jaunes, le cortège anticapitaliste (composé en bonne partie de militants du NPA et d’Ocml-VP) a été attaqué par un groupe de gens se présentant comme des gilets jaunes voulant « chasser les casseurs ». En réalité, derrière cette opération de communication / agression, couverte par le média d’extrême-droite « Infos Toulouse », se cache (très mal d’ailleurs) une bonne partie de l’extrême-droite toulousaine. Le groupe de fascistes qui a attaqué le cortège gilets jaunes était au nombre de 34 personnes. Portrait :

 

LES IDENTITAIRES TOULOUSAINS  : il était une fois dans l’ouest

Les identitaires ont connu sur Toulouse des heures plus glorieuses, nos anciens articles les avaient épinglé à l’époque de leur local allée de barcelone. Aujourd’hui ils en sont réduits, suite à la perte de leur page facebook (supprimée par la plateforme suite au signalement de nombreux internautes), et au rapprochement avec l’équipe de hooligans « lagaf crew / toulouse offenders », à abandonner les actions symboliques pour faire le coup de poing dans les manifs.

Étaient présents par exemple :

 

Aymeric Courtet : étudiant en histoire à l’Institut Catholique de Toulouse et responsable de la section toulousaine de Génération Identitaire

Adrien Dominguez : ancien responsable de la section toulousaine et membre de Génération Identitaire

Enguerrand Pacotte : facilement reconnaisable avec sa veste bleue, il est le fils de Christophe Pacotte ancien responsable du bloc identitaire aquitaine. (cerclé de rouge et assis sur le portail sur la photo de droite avec les autres membres de génération identitaire)

 

 

Ou avec ses camarades lors d’une dédicace de Marsault et Papacito (encore sa veste bleue)

Les jumeaux, Karl et Franck Dunas : membres de Génération Identitaire Toulouse

De gauche à droite : Franck ou Karl Dunas (mais qui est qui ?)

Corentin Merdy : membre de Génération Identitaire Toulouse

 

 

Guillaume Castelli : militant de Génération Identitaire Toulouse et ingénieur en stage chez Thalès

Guillaume Castelli, à droite sur la photo bouche ouverte

Guillaume Castelli à gauche sur la photo

 

 

À gauche sur la photo Guillaume Castelli, à droite Enguerrand Pacotte.

 

LES IDENTITAIRES LORS DE L’AGRESSION AVANT ET PENDANT

Avec la capuche bordeaux : Corentin Merdy. Avec la capuche noire, à l’extrême-droite, Adrien Dominguez (qui n’avait pas encore pris soin de se masquer).

 

De gauche à droite : Clément Dévic, Enguerrand Pacotte, Adrien Dominguez, Corentin Merdy (capuche bordeaux et sans lunettes cette fois, serait-il venu pour se battre?), Aymeric Courtet, Lorenzo Dévic

 

De gauche à droite : Corentin Merdy, Aymeric Courtet (en train de faire la victime), Lorenzo Devic (casquette noire), Franck ou Karl Dunas

 

Photos des Identitaires présents :

De gauche à droite : Matthieu Lucas (sans cercle), Corentin Merdy, Aymeric Courtet, Enguerrand Pacotte (juste à droite de Aymeric, sans cercle) Franck ou Karl Dunas, Adrien Dominguez, Karl ou Franck Dunas

 

LE LAGAF CREW : des hooligans d’extrême-droite au pays du rugby

Le « Lagaf Crew » est un petit crew (équipe) de hooligans toulousains, des indéps, non affiliés à un club de supporters. Même s’ils sont proches du groupe de hooligans d’extrême-droite « Camside Tolosa » (CST). Le Lagaf Crew est encore émergent et peine à acquérir une street credibility, que ce soit dans le milieu du stade ou simplement dans la rue. Autant dire que l’occasion en or s’est présenté à eux avec cette chasse aux anticapitalistes. En effet, le Lagaf Crew s’acoquine pas mal ces derniers temps avec les membres de Génération Identitaire Toulouse.

Clément Dévic : membre du Lagaf Crew, frère de Lorenzo

 

Lorenzo Dévic : membre du Lagaf Crew, frère de Clément

Lorenzo et Clément Dévic avec leurs compagnes. (Lorenzo est à gauche sur la photo)

 

Lorenzo Devic à gauche sur la photo, Clément Devic à droite

 

 

Le Lagaf Crew en train de poser (Clément est à gauche, Lorenzo à droite).

Lorenzo et Clément avant l’agression

Et pendant :

Clément devic qui arme son coup de pied (léger manque de technique cependant)

 

Clément Devic tout à gauche et Lorenzo avec sa casquette en train de frapper un homme seul avec leurs amis.

 

Quelques agresseurs notoires :

Frédéric Cantiani : cadre de l’OSRE (Organisation Socialiste et Révolutionnaire Européenne) organisation nationaliste révolutionnaire (tentant de mélanger un anticapitalisme de façade et un fascisme lui bien réel)

 

À gauche, en train de faire le salut hitlérien, « Tancrede Tolosa »

Tancrede Tolosa sans crampe au bras et un peu plus souriant

 

 

 

Mathieu Lucas : proche de génération identitaire

Mathieu Lucas, en train de filmer à l’aide de sa GoPro

 

 

Mathieu Lucas

 

 

petite photo de groupe : On reconnaît facilement Enguerrand Pacotte en bleu, les frères Dunas                                                                 et Mathieu Lucas (qui vérifie si sa Gopro filme bien)

 

Un autre agresseur ami de Clément Devic en quatrième place lors de l’attaque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une photo du courage des fascistes

L’individu cagoulé tête de mort (ci dessus) ici en deuxième en partant de la gauche

 

 

Quelques photos supplémentaires :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une photo de la fuite des fascistes sous les cris de la foule qui scande Tolosa Antifa (vous avez perdu votre drapeau au fait)

 

 

Si on récapitule, on a un groupe de 34 militants d’extrême-droite qui attaque un cortège gilets jaunes. Ce groupe agresseur est composé de :

  • la quasi-totalité des membres de Génération Identitaire Toulouse
  • 1 ou plusieurs membres de l’OSRE
  • le Lagaf Crew et d’autres hooligans d’extrême-droite

 

Génération Identitaire ne perd jamais une occasion de jouer les supplétifs des keufs (en plus de leur servir l’appéritif à Lille). Quand ce n’est pas pour harceler les navires de sauvetage en Méditerrannée, ils traquent les réfugiés qui tentent la traversée des cols alpins en plein hiver. Ils semblent aujourd’hui avoir pris une confiance bien trop importante en se permettant d’attaquer, comme leur collègues des Zouaves à Paris, ou des Identitaires à Lyon, les cortèges des gilets jaunes et les militant.e.s anticapitalistes.

 

[FRANCHE-COMTÉ] Le joli T-shirt néo-nazi de Florent-Pierrick Baumer

Inscrit au Modem depuis 2009, il est réélu en 2013, à l’age de 23 ans, au Bureau National des Jeunes Démocrates (Modem) (voir article presse locale) .
Mais après l’échec local du Modem lors des municipales et des européennes, il quitte en septembre 2014 ces fonctions au sein de celui-ci et s’engage assez rapidement au Front National.

florent-pierrick_baumer_modem

Florent-Pierrick Baumer lorsqu’il militait au Modem

FPB affiche2015

Affiche lors des départementales 2015

Mais en fait, il effectue une plus grande glissade, puisqu’il cotoie ceux que le FN ne voudrait soi-disant ne plus voir dans ses rangs.

La première photo incriminante est issue de son facebook personnel…

FPBfacebook1

Et là, le profane se demande: « où se trouve le délit? ». Il n’y a pas de croix gammée, pas d’insigne SS, pas de portrait de tonton Adolf sur le mur du fond… alors quoi?

En faisant une symétrie de la photo, il aparait que florent porte un T-shirt de la marque White-Rex, on aperçoit les initialesWR sur le col.
Le voici tel qu’il aparait sur le site White-Rex…

whiterex1

White Rex
(le Roi Blanc si l’on veut traduire ce latino-anglicisme)
Depuis plusieurs années, les militants et sympathisants néo-nazis tendent à délaisser le look skinhead classique au profit d’un nouveau style vestimentaire plus discret et plus « tendance ». Parmi les marques néo-nazies les plus populaires dans la scène nazie, on trouve par exemple Thor Steinar (voir sur REFLEXes : Thor Steinar, t’as le look facho).
Née en Russie, White rex est une marque de vêtements et d’équipement de sport qui prône la «fierté pan-européenne» (qu’on appelle plus communément la fierté blanche : white pride). White Rex organise des concerts de punk-hardcore raciste ainsi que des tournois de MMA (mixed martial arts, anciennement combat libre ou free-fight) très à la mode actuellement chez les néo-nazis.

La société White-Rex a été officiellement créé le 14 Août 2008. Le choix dans la date ne fut pas un hasard car ainsi White Rex peut inscrire sur ses produits: « since 14.08.08 ».

Since14.08.08
Dans les codes néo-nazis, «14» correspond aux «quatorze mots», expression métaphorique néo-nazie représentant le contenu du slogan de David Lane: «We must secure the existence of our people and a future for white children» («Nous devons préserver l’existence de notre peuple et l’avenir des enfants blancs»
«8» correspond à la huitième lettre de l’alphabet : H
Le double 8 à « HH » acronyme pour « Heil Hitler »

Autre exemple de vêtement vendu par White-Rex, ce T-Shirt féminin White-Rex avec le « 88 » = « Heil Hitler »
(on remarquera le drapeau au fond, ainsi que le pendentif au cou de la jeune aryenne)

WR 88

whiterex2

 

Le logo White Rex:
Le logo est inspiré du soleil noir, sigle nazi très à la mode (voir le tatouage de Mairet : attaque-de-la-librairie-lautodidacte).

White_Rex_logo

Contraiement au sigle SS comprenant 3 svatikas, le logo white Rex n’est composé que de deux svastikas.
Mais cela est suffisant pour que white rex s’auto-censure les images de sa page facebook.

whiterex3

En juin 2015, White Rex participe à un tournoi de MMA et concert RAC près de Lyon co-organisé par Blood and Honour et Pride France (voir l’article de rue89Lyon : tournoi de free fight néonazi dans la région lyonnaise)
Ce tournoi réunira plus de 200 néo-nazis.

TournoiWR2

TournoiWR1
Ce type d’évènement permet de resserer les réseaux entre néonazis mais également la vente de produits de propagande.

Soyons clair : le T-shirt que porte Florent Pierrick Baumer ne peut être acheté que sur un site de vente de propagande ou de vêtements néo-nazis. Il ne peut prétexter l’ignorance sur ce sujet.

 

Et le Bunker?

Pour enfoncer un peu plus ce militant Front National, un petit coup d’oeil sur son équipe de campagne lors des élections départementales en mars 2015 quand il se présentait dans le Canton de Besançon 1.
Le voici avec Florent Gaillot, un habitué du local néonazi « le bunker » (voir article fafwatch précédent : le bunker), chacun portant leur carte du FN.

FPB départementale2015-1

On retrouve également Florent Gaillot devant le « Bunker » avec Thierry Coursault autre militant FN (collant lui pour un autre candidat FN que Florent-Pierrick Baumer)

En ce qui concerne Florent Gaillot, on peut aussi le retrouver sur cette photo beaucoup plus récente, avec une décoration toute particulière de la façade du « Bunker ».

bunker 31-10-15

Florent Gaillot, tout à droite devant le « Bunker »; également présent près de lui David Beaune

Faisons maintenant un petit tour sur les amis facebook de Florent-Pierrick Baumer…

FPBfaceboo-amis

Uniquement sur les premiers liens qui apparaissent, on retrouve l’essentiel des habitués du « bunker » (entouré de rouge), mais aussi du FN (ce qui est logique) et des nationalistes suisses. Si on liste les personnes qui « like » ou laissent des commentaires sur les pages facebook de Florent-Pierrick Baumer (pages personnelle ou en tant que militant politique), on retrouve la plupart des personnes fréquentant ou animant « le bunker » dont notamment « Jonathan Coursault Grenadier Voltigeur » qui est à l’initiative de l’association.

et puis sur sa page « abonné(e) » : le lien vers la page de Philippe Georges Brennenstuhl.

FPB 02

Philippe Georges Brennenstuhl est un membre influent au sein du PNOS, le parti nationaliste suisse (wikipédia/Parti nationaliste suisse) qui est en fait le parti néonazi suisse.

 

Bref il y a encore et toujours des nostalgique du IIIeme reich au FN.

Et grace à un détail vestimentaire on découvre que des militants FN sont cul-et-chemises avec les néonazis du coin …et cela en étonnera encore certains j’en suis sûr.

(mise à jour : 03 mars 2020)

Force Ouvrière, le syndicat décomplexé

Le fait qu’on trouve des militants FN à FO n’est plus un secret pour personne.
Avec le spécimen du jour, ce syndicat place la barre bien plus haut.

Terre et Peuple est une association issue du GRECE se revendiquant de la révolution conservatrice, du courant völkisch.
En résumé, une association de types se prenant pour des guerriers ou druides gaulois défenseurs de la race blanche.
Voir cet article de Reflexes pour plus de détails : http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article321

Le secrétaire général de Terre et Peuple se nomme Roberto Fiorini.

Roberto Fiorini est présenté comme syndicaliste lorsqu’il intervient dans les médias de la fachosphère.

mz

 

1000204538
 
Il a par exemple animé à ce titre une conférence pour les membres de Terre et Peuple. http://tpvivarais.blogspot.fr/2013/03/compte-rendu-de-conference-de-roberto.html
Son engagement nationaliste ne date pas d’hier, il fût signataire de « l’appel des 355 » en 2000, qui fustigeait la scission FN/MNR et réclamait une unité nationaliste.
Il tient des blogs qui affiche clairement la couleur, dont les thèmes sont collaboration police/syndicats pour dénoncer les sans-papiers, résistance à « l’envahisseur », Eurabia, contre « l’immigration de peuplement Extra Européenne » et le « métissage forcé », et dont les héros vont de Mabire à Pierre Vial en passant par Ezra Pound.

Voir http://robertofiorini.blogspot.fr

et http://robertofiorini.blog4ever.com
 
Bien sûr on y trouve également des couplets sur biedelberg ou les illuminatis…
 
Il intervint pour le GUD Lyon et « Europe identité » (la branche jeunesse de Terre & Peuple).
 
Gud-Lyon
 
Il sera sans surprise à la prochaine « table ronde de Terre et Peuple ».
 
tableronde
 
Roberto Fiorini et ses coordonnées apparaissent dans le repertoire du Renouveau français qui avait fuité il y a quelque temps maintenant avec les annotations suivantes :
Fiorini    Roberto, initié en économie/ présente « l’argent dette », rencontré à la conf d’Hillard et à l’UDT T&P roby.fiorini@wanadoo.fr 06 62 21 44 95, 10 lotissement les tilleuls rue de la Bocquette 01700 Miribel.

On le voit ici dans une vidéo de propagande FO concernant les élections professionnelles.
 
fo

Source http://infolion.hautetfort.com/archive/2014/04/11/fo-chez-king-jouet-5345144.html
 
Ces faits n’étaient pas passés inaperçus chez les nazis du forum NSR…
 
nsr

[MIDI-PYRÉNÉES] Les champions des municipales du Front National 31

Le Front National revendique plus de 500 listes présentées dans toute la France. Certains parlent même de près de 600… Même les chiffres du Front National lui-même se contredisent… Un résultat modeste pour les 36681 communes que compte la France. Quoi qu’il en soit, la progression est là par rapport aux chiffres de 2008 (aucune liste FN en Haute-Garonne cette année là). Une certaine « victoire » qui s’est entachée au fil des dernières semaines. Le Front National de Marine Le Pen avait réussi avec la complicité des « médias  du système » à vendre la « dédiabolisation » du FN à un sacré paquet de crédules. Depuis quelques semaines, c’est un festival des révélations sur les magouilles frontistes, sur les candidats nazis… Fafwatch Midi-Pyrénées depuis ses débuts avait épargné le FN local. On profite de l’occasion des municipales pour soulever quelques lièvres.

Il y a quelques mois le Front National de la Haute-Garonne annonçait qu’il présenterait une dizaine de liste. Au final seulement Toulouse, Tournefeuille et Martres-Tolosane auront la chance d’avoir leur liste Rassemblement Bleu Marine. Encore que l’on n’est même pas sur, puisque les informations émanant du FN sont parfois contradictoires…

Toulouse

Allez ou vous voulez, tant que vos idées restent à la maison.

Allez ou vous voulez, tant que vos idées restent à la maison.

On salue la énième candidature de Serge Laroze qui a tenté de faire de l’humour avec ses mots-croisés sur plusieurs quartiers populaires de Toulouse, sur Merah, sur les roms, c’était fin, antisystème, subversif, hilarant… L’intéressé revendique 28 participations aux diverses élections en tant que candidat. Le drôle se permet même de dire dans plusieurs médias locaux : « «28 en tout! Cantonales, régionales, législatives, je les ai toutes faites. Je pourrais presque donner des cours à Sciences Po». C’est aussi intelligent que de dire « j’ai fabriqué une trentaine de maquettes d’avions en allumettes. Je pourrais presque donner des cours à Sup Aéro ».

Serge Laroze, tête de liste Front National pour la mairie de Toulouse, dans son local de campagne (photo : F. Scheiber pour 20minutes).

Serge Laroze, tête de liste Front National pour la mairie de Toulouse, dans son local de campagne (photo : F. Scheiber pour 20minutes).

Dernier meeting de campagne à Toulouse le samedi 15 mars 2014, Serge nous a encore sortie ses mots croisés…

Dernier meeting de campagne à Toulouse le samedi 15 mars 2014, Serge nous a encore sortie ses mots croisés…

Une autre habituée, Artémisa Rubio qui se présente sous son nom de jeune fille. À bientôt 76 ans on se demande pourquoi une telle parade. Son mari Jacques Mariés est aussi présent sur la liste. Artémisa Mariès, retraitée de l’enseignement, est surtout une militante affirmée des mouvements catholiques intégristes anti-avortement type SOS tout petits. Les époux Mariès peuvent aussi se targuer d’organiser des réunions nationalistes particulières à leur domicile. Comme en 2009, ou ils poussèrent à la création d’une antenne toulousaine du mouvement raciste européen « ville contre l’islamisation ». La même année, plusieurs lieux de culte musulman subirent des dégradations dans la région.

On note la présence d’une certaine Cécile Jeay… En réalité, il s’agit de Sixtine Jeay (Sixtine Isabelle Cécile Jeay). Ancienne de feu la section toulousaine du Renouveau Français. Depuis elle milite chez les identitaires. Bloc Identitaire, Jeunesses Identitaires, réseau Une Autre Jeunesse, Génération Identitaire… Autant de sobriquets pour cacher la merde révélée par les scandales successifs. Trop d’agressions et de condamnations médiatisées? Perte de visibilité médiatique? Impasse politique? Hop! On change de nom! Sixtine Jeay trop étiqueté « facho »? Ce n’est pas grave, on l’appellera Cécile et ça changera tout. Sixtine, nous l’avions globalement épargné jusque là.

Sixtine Jeay avec sa maman et son papa, l’avocat toulousain Dominique Jeay (citation mérité pour ses quelques frasques lors des manifestations contre le « mariage pour tous ») à une manifestation organisée par le Bloc Identitaire Toulouse le 29 mai 2012.

Sixtine Jeay avec sa maman et son papa, l’avocat toulousain Dominique Jeay (citation méritée pour ses quelques frasques lors des manifestations contre le « mariage pour tous ») à une manifestation organisée par le Bloc Identitaire Toulouse le 29 mai 2012.

A la même manifestation ou était présente la famille Jeay. Dans l’ordre, gauche à droite : Henri Van Essen http://fafwatchmp.noblogs.org/post/2013/02/11/les-jeunesses-nationalistes-toulousaines/, Victor Lenta http://fafwatchmp.noblogs.org/post/2012/03/29/la-face-identitaire-de-toulouse/, Mathis Jourdieu (qui semble s’être rapproché d’Égalité&Réconciliation, le fan-club/la secte d’Alain Soral) et Sixine Jeay.

A la même manifestation ou était présente la famille Jeay. Dans l’ordre, gauche à droite : Henri Van Essen, Victor Lenta, Mathis Jourdieu (qui semble s’être rapproché d’Égalité&Réconciliation, le fan-club/la secte d’Alain Soral) et Sixine Jeay.

Une militante très impliquée dans la section Identitaire de Toulouse depuis sa renaissance fin 2010 grâce au travail de Matthieu Clique. De Toulouse à Paris, elle multiplie les apparitions depuis plusieurs années comme à cette manifestation contre le droit de vote des étrangers en s’affichant avec les néo-nazis Parisiens.

Paris, le 9 juin 2012.Sixtine Jeay portant la banderole de tête, tout le gratin de l’extrême droite la plus radicale était présent ce jour là comme l’évoquait Réflexes dans cet article. http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article488

Paris, le 9 juin 2012.Sixtine Jeay portant la banderole de tête, tout le gratin de l’extrême droite la plus radicale était présent ce jour là comme l’évoquait Réflexes dans cet article.

Alexandre Gabriac des Jeunesses Nationalistes, Logan Duce du GUD, Sixtine Jeay chantaient en cœur le slogan « aujourd’hui l’Anarchie, demain l’Ordre Nouveau »…

Alexandre Gabriac des Jeunesses Nationalistes, Logan Duce du GUD, Sixtine Jeay chantaient en cœur le slogan « aujourd’hui l’Anarchie, demain l’Ordre Nouveau »…

Sixtine a étudié sur Paris, ce qui lui a permis de beaucoup s’amuser lors des manifestations contre le mariage gay et les débordements qui ont suivi.

Sixtine Jeay, la rebelle de salon et Mathilde Gibelin, militante identitaire et responsable d’Europe Jeunesse [1].

Sixtine Jeay, la rebelle de salon et Mathilde Gibelin, militante identitaire et responsable d’Europe Jeunesse [1].

Sixtine Jeay assise au centre sur la photo du groupe « anti-femen » du Bloc Identitaire : Les Antigones http://lahorde.samizdat.net/2013/06/01/antigone-doit-mourir-les-antigones-decryptees/. Elles apporteront autant que les Femen aux mouvements féministes : juste de la merde http://lahorde.samizdat.net/2013/11/20/les-antigones-deja-oubliees/.

Sixtine Jeay assise au centre sur la photo du groupe « anti-femen » du Bloc Identitaire : Les Antigones. Elles apporteront autant que les Femen aux mouvements féministes : juste de la merde.

Sixtine Jeay à l’entrainement « self défense » proposé par Romain Carrière à la section Paris des identitaires dans le cadre de leur nouvelle campagne de communication qui fait polémique http://www.lexpress.fr/actualite/societe/quand-l-extreme-droite-patrouille-dans-le-metro-lillois_1501027.html.

Sixtine Jeay à l’entrainement « self défense » proposé par Romain Carrière à la section Paris des identitaires dans le cadre de leur nouvelle campagne de communication qui fait polémique.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Sixtine Jeay, Adrien Dominguez (responsable des identitaires de Castres), Romain Carriére (responsable des identitaires de Toulouse). Les trois compères fêtent Yule, le « noël des païens http://fr.wikipedia.org/wiki/Yule» en décembre 2013. Bien qu’ancienne militante du groupe catho-facho Renouveau Français, Sixtine n’est qu’une « sorcière hérétique satanique ». Avec l’extrême droite, on n’est jamais à une contradiction prés.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Sixtine Jeay, Adrien Dominguez (responsable des identitaires de Castres), Romain Carriére (responsable des identitaires de Toulouse). Les trois compères fêtent Yule, le «noël des païens» en décembre 2013. Bien qu’ancienne militante du groupe catho-facho Renouveau Français, Sixtine n’est qu’une « sorcière hérétique satanique ». Avec l’extrême droite, on n’est jamais à une contradiction prés.

Sur la liste Front National pour les municipales de Toulouse, on retrouve aussi Nicolas Boutin. Si on devait résumer le cas Boutin, on dirait qu’il est venu à Toulouse pour se mettre au vert… Originaire de Tours, c’est un militant extrémiste malheureusement trop connu dan sa ville d’origine. Militant au FNJ Tours, on le comprend en regardant le genre de visuel que poste le Front National de la Jeunesse sur leur Facebook (croix celtique, cagoulé armé… la France qui fait rêver). Boutin, c’est aussi un très proche de Vox Populi (voir ici et ) . Mais Nicolas est surtout un supporter du Tours Football Club via le groupe ultra « Turons 1951 » (ex « Tours’N’Boys »). Le qualificatif de groupe ultra est bien aimable car dans les faits, il s’agirait plutôt d’un groupe de hooligans bas du front. Nicolas accumulé depuis un certains temps les casseroles (agression,  vol, vandalisme…). D’après nos informations, il a jusque là réussi à échapper aux sanctions judiciaires. Les enquêtes de la police ont peu abouti mais certaines sont encore en cours comme celle évoquée à la fin de cet article.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Alexis Lauzerte, Nicolas Boutin , Marine Le Pen, Olivier Lupion (militant au Bloc Identitaire et au Front National) et Mathieu Lachuries (secrétaire départemental FNJ) à Blagnac le 19 janvier dernier.

Dans l’ordre, de gauche à droite : Alexis Lauzerte, Nicolas Boutin , Marine Le Pen, Olivier Lupion (militant au Bloc Identitaire et au Front National) et Mathieu Lachuries (secrétaire départemental FNJ) à Blagnac le 19 janvier dernier.

Le 17 mars 2014, Mathieu Lachuries envoi sur Facebook une photo à Nico Boutin (alias de Nicolas Boutin sur Facebook) ou il pose en compagnie de Jean-Marie Le Pen à Toulouse le 15 mars 2014.

Le 17 mars 2014, Mathieu Lachuries envoie sur Facebook une photo à Nico Boutin (alias de Nicolas Boutin sur Facebook) ou il pose en compagnie de Jean-Marie Le Pen à Toulouse le 15 mars 2014.

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin, debout en polo blanc et un échantillon des Turons 1951 se rendent à Châteauroux. (lien vidéo http://www.dailymotion.com/video/x139b3y_chateauroux-lbc-tours-fc-tours-le-resume-du-match-3eme-journee-2013-2014_sport).

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin, debout en polo blanc et un échantillon des Turons 1951 se rendent à Châteauroux. (lien vidéo).

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin fait partie des leaders du groupe. A ce titre, il lui est permis de gérer le groupe de supporter en tribune tel un chef d’orchestre.

Le 16 aout 2013. Nicolas Boutin fait partie des leaders du groupe. A ce titre, il lui est permis de gérer le groupe de supporter en tribune tel un chef d’orchestre.

Le 30 aout 2013, les Turons 1951 se faisaient remarquer au stade de Nancy. On peut les voir effectuer des « quenelles inversées ». Nicolas est présent sur la photo, il tente manifestement de dire bonjour à quelqu’un. Indice : bermuda, bourrelets, montre…

Le 30 aout 2013, les Turons 1951 se faisaient remarquer au stade de Nancy. On peut les voir effectuer des « quenelles inversées ». Nicolas est présent sur la photo, il tente manifestement de dire bonjour à quelqu’un. Indice : bermuda, bourrelets, montre…

Photo du groupe hooligans Turons 1951 à Tours effectuant des quenelles et des saluts fascistes. Photo prise dans le centre ville ou ils sévices régulièrement. http://lahorde.samizdat.net/2014/01/27/tours-des-militants-dextreme-droite-attaquent-les-clients-dun-bar/

Photo du groupe hooligans Turons 1951 à Tours effectuant des quenelles et des saluts fascistes. Photo prise dans le centre ville ou ils sévissent régulièrement.

On souhaite la bienvenue à Nicolas.

On souhaite la bienvenue à Nicolas.

Tournefeuille

Du cotés de la liste Front National de Tournefeuille, on retrouve Christine Lanciaux. Militante au Bloc Identitaire, proche du milieu skinhead néo-nazie local. Christine est aussi une amie proche de deux groupes locaux de motards liés aux Hells Angels. Les Occitaners [2] et les White Troopers [3].

Chris De France, l’alias facebook de Christine Lanciaux.

Chris De France, l’alias facebook de Christine Lanciaux.

Christine Lanciaux, militante active de la campagne municipale de la liste FN de Tournefeuille menée par Jean-Pierre Jarton.

Christine Lanciaux, militante active de la campagne municipale de la liste FN de Tournefeuille menée par Jean-Pierre Jarton.

Les militantes de l’Oustal en 2012. Le sulfureux et éphémère local des identitaires à Toulouse. Dans l’ordre, de gauche à droite, Sarah Gioux, Caroline Dutillie, Sixtine Jeay, Christine Lanciaux, Anne Sans.

Les militantes de l’Oustal en 2012. Le sulfureux et éphémère local des identitaires à Toulouse. Dans l’ordre, de gauche à droite, Sarah Gioux, Caroline Dutillie, Sixtine Jeay, Christine Lanciaux, Anne Sans.

Christine Lanciaux pose avec un sweat des identitaires toulousains. Les identitaires, les rois de la communication…

Christine Lanciaux pose avec un sweat des identitaires toulousains. Les identitaires, les rois de la communication…

Christine Lanciaux en compagnie de Jean-Pierre Jautron et Marine Le Pen le dernier à Blagnac.

Christine Lanciaux en compagnie de Jean-Pierre Jarton et Marine Le Pen le 19 janvier 2014 à Blagnac.

Christine Lanciaux et la race blanche…

Christine Lanciaux et la race blanche…

Christine Lanciaux en bonne compagnie. Plusieurs skinheads d’extrême droite, plusieurs militants de l’œuvre Francaise… plus d’info sur la photo ici.

Christine Lanciaux en bonne compagnie. Plusieurs skinheads d’extrême droite, plusieurs militants de l’œuvre Francaise… plus d’info sur la photo ici.

On en restera là pour le moment, alors qu’il y aurait beaucoup à dire encore. On n’a pas évoqué l’affaire Portheault ni les répercussions interne au sein du FN 31, ni même les casseroles de certains autres candidats, ni même développé la présence des identitaires dans la campagne électorale des municipales du Front National de la Haute-Garonne, ni même les photos de Marine Le Pen avec des néo-nazis locaux… On garde ça sous le coude pour de prochains articles.

[1] Le « mouvement scout » nationaliste et païen Europe Jeunesse  créée en 1973 par Pierre Vial. Un des fondateurs du GRECE  qu’il du quitté pour incompatibilité idéologique, Vial s’assumant un peu trop « suprématiste blanc». C’est un ex du FN et du MNR. Il est aussi le fondateur de Terre & Peuple  en 1994.

[2] Occitaners, un groupe de motards toulousains créé par des skinheads d’extrême droite. La plupart des membres travaillent comme agent de sécurité dans plusieurs établissements de nuit toulousain situés notamment rue Gabriel Péri. Ils sont affiliés aux hells Angels. Groupe criminel d’envergure internationale qui depuis 2-3 ans mets les moyens pour renforcer son implantation en France. La création d’une structure officielle Hells Angels n’est pas aisée vis-à-vis des pouvoirs publics, ni envisageable pour cette organisation élitiste (on ne devient pas Hells en signant un simple formulaire). Du coup, on voit fleurir ici ou là plusieurs clubs de motards comme autant d’antichambre regorgeant de groupies/sous-fifres des Hells Angels. Niveau recrutement, la quantité est au rendez-vous, mais la qualité l’est beaucoup moins. Les Occitaners n’ont pas encore trop compris comme fonctionne le milieu des gangs de motard criminalisés et ils vont devoir faire un choix. Leurs nouvelles activités sont bien entendu incompatibles avec un engagement politique. Ils ne peuvent pas attirer l’attention bêtement en œuvrant pour l’extrême droite locale tout en essayant discrètement d’organiser le business de leurs vrais patrons. Déjà le 5 avril 2013, ils organisaient conjointement avec le Bloc Identitaire, une conférence sur le « racisme anti-blanc » à leur local situé à l’Union. Un local/bar associatif qui sert de repère pour toutes l’extrême droite radicale de la région. Fafwatch leur laisse encore une chance de s’occuper juste de leurs motos avant de leur consacrer un article qui risquerait de faire mauvais genre pour les affaires.

[3] White Troopers, club de motard affilié aux Hells Angels né en 2010 de la fusion entre deux groupes locaux. Depuis le club se développe de manière impressionnante dans tout le grand sud-ouest. Un club structuré et bien plus sérieux dans le genre que le groupe des Occitaners qu’ils ont contribué à créer (toujours dans la logique expansionniste des Hells Angels). Composé de plusieurs centaines de membres, ils ont beaucoup recruté notamment dans les milieux rock tendance bas du front. Recruter de l’idiot raciste n’est pas ce qu’il y a de plus intelligent mais à priori on peut compter sur la structure White Troopers tenue par d’anciens Hells pour maintenir les chiens fous en laisse.